Innovations sociales et technologiques, les enjeux du temps psychologique

  • Accueil
  • Blog
  • Innovations sociales et technologiques, les enjeux du temps psychologique
Innovations sociales et technologiques, les enjeux du temps psychologique
By Philibert Jougla Posté le 02/12/2019 16:28

« Une innovation sociale se définit par son caractère novateur ou hors normes et par l’objectif général qu’elle poursuit soit celui de favoriser le mieux-être des individus et des collectivités. Elle se caractérise tout autant par un processus de mise en œuvre impliquant une coopération entre une diversité d’acteurs que par les résultats obtenus, immatériels ou tangibles. À plus long terme, les innovations peuvent avoir une efficacité sociale qui dépasse le cadre du projet initial (entreprises, associations, etc.) et représenter un enjeu qui questionne les grands équilibres sociétaux. Elles deviennent alors sources de transformations sociales et peuvent contribuer à l’émergence d’un nouveau modèle de développement »

- Julie Cloutier, 2003

C’est en ces termes que les chercheurs du CRISES définissent le champ d’application et d’implication de ce que peut être une innovation sociale. On peut voir émerger de cette définition plusieurs idées.

  • Favorisation du bien-être des individus
  • Coopération entre les acteurs
  • Questionnement des acquis
  • Nouveaux modèles

Nous pouvons ici relativement aisément faire le rapprochement avec notre sujet.
En effet, l’enjeu principal du temps psychologique et par conséquent du marketing sensoriel, qui tend à en limiter les aspects négatifs, vise à optimiser et améliorer le bien-être des individus (George Ritzer, 1996).
L’importance de la relation entre les acteurs, de leur compréhension mutuelle et de leur partage, comme les présentent les études menées (Dominique Phanuel, 2006).
La remise en question des acquis, et de ce qui a pu être fait dans la conception du temps psychologique et du marketing sensoriel sur le rôle des différents acteurs de l’expérience de consommation est nécessaire pour être efficiente.

Le développement de nouveaux modèles viendrait, selon nous, de cette réflexion. En effet, la question qui se pose ici, serait justement de repenser l’expérience pour qu’elle ne soit plus uniquement tournée vers le consommateur mais que chaque acteur qui y est confronté puisse y voir ses intérêts, enjeux, et objectifs associés.

C’est pour cela qu’aujourd’hui, à l’heure de la responsabilité sociale des entreprises, il peut être intéressant de considérer le salarié comme un usager de l’expérience. En effet, prenons pour exemple un restaurant utilisant une playlist pour diffuser sa musique, la playlist à une rotation musicale d’environ 1h30 ce qui signifie que toute les 1h30, la musique se répète ; ce fait n’a pas ou peu d’incidence sur le consommateur qui ne reste lui qu’une heure dans l’établissement. Cependant, le salarié de ce même restaurant va devoir supporter plus de 3 rotations en une seule journée de travail. C’est cette répétition qui va poser un problème, plaçant le salarié dans une boucle permanente, répétée chaque jour, pouvant avoir une incidence sur sa motivation, ses performances. L’application des principes de RSE pour les entreprises insiste sur le bien-être des salariés et le caractère agréable de leur environnement de travail, il peut donc être intéressant de se tourner vers de nouveaux modèles de conception, de réflexion et d’application quand on parle d’expérience de consommation.

L’innovation technologique est en réalité une innovation de procédés. Il est important de distinguer dans ce type d’innovation, plusieurs choses. Dans un premier temps, on peut considérer les innovations dites majeures qui sont de réelles nouveautés et qui de ce fait peuvent conduire à la création de nouveaux marchés. Dans un second temps, on peut retrouver les innovations dites mineures, qui ne vont pas partager le caractère créatif des majeures, mais qui sont en fait des transformations de procédés et/ou produits déjà existants.

Ainsi, on peut voir que la définition de l’innovation technologique est assez large et peut prendre en compte de nombreuses choses. Cependant, le marketing peut-il réellement rentrer dans cette case ? Dans un article rédigé en 2016 par Pradier dans le cadre de son MBA au MCI, l’auteur cherche à nous montrer l’importance de l’innovation et de la technologie dans la réflexion et la mise en place de l’expérience de consommation et du marketing sensoriel ou plutôt l’inverse ; en effet, dans cette article, on évoque généralement la digitalisation, le e-commerce, le problème le plus souvent abordé étant de savoir comment appliquer et utiliser une stimulation voire une expérience sensorielle afin de créer, d’utiliser les concepts du marketing sensoriel pour une plateforme ou un site internet. Ainsi, il semble aujourd’hui important de se demander comment le marketing sensoriel peut-il être un levier d’innovation technologique dans les espaces de vente ou de consommation physiques, à la fois pour le consommateur mais également du point de vue du salarié.